• Oméga, tome 1 : Marquée

    Auteur : J.A. Curtol

    Editeur : Éditions Sharon Kena

    Format : numérique

    170 pages

    Sortie : 21 mai 2013.

    Réédition : 18 juillet 2017

     

    RÉSUMÉ :

    Elle est insignifiante, mais elle le fascine.

    Il est le mal tapi dans l'ombre et pourtant elle lui fait confiance.

    Lorsque Julien découvre Klarye, il décide qu'elle sera sa proie, mais pas seulement, il l'approchera également comme un homme. Mais dans ce double jeu, le passé et les sentiments vont se mêler et Klarye passera de proie à protégée sans qu'il ne le veuille vraiment…

    L'amour peut-il vraiment naître d'un double jeu malsain ?

     

    Avis de Mélissa :

    Premièrement, je remercie notre partenaire les Éditions Sharon Kena pour cette découverte. Ma curiosité a été piquée à la lecture du résumé et replonger dans le monde des vampires me tentait bien. Mais malheureusement, je ne peux pas à dire que j’ai aimé ma lecture.

    D’un côté, nous avons Klarye, une humaine qui a beaucoup souffert dans sa vie. Et de l’autre, il y a Julien le vampire sanguinaire. Je n’ai pas été capable de comprendre Klarye qui est, à mes yeux, vide, vide, vide. Et immature pour une fille de 27 ans ! Sa mère est morte après avoir été violée et voilà qu’elle sera elle aussi violée pour une histoire de brevet. Euh ?? Et plus tard, elle a failli se faire violer de nouveau… mais elle fait l’amour avec Julien pas longtemps après. Re-euh ??? Personnellement, je ne comprends pas vraiment ce genre de comportement.

    Il y a de quoi être découragée !

    Et que dire du vampire Julien qui adore chasser et faire souffrir ses victimes le plus possible. Je me suis demandé si c’était vraiment essentiel, mais bon. Il est limite sanguinaire, celui-là ! Dès qu’il croise la route de l’humaine plate comme la pluie au printemps, il décide bien évidemment qu’elle sera sa prochaine victime, sauf que tout changera… rapidement. Trop rapidement. À la vitesse de l’éclair. Et hop, le voilà qui tombe amoureux. Euh ok… ?

    Mais j’ai tout de même persévéré en me disant que ça allait s’améliorer… mais non. Ça va trop vite, les dialogues sont creux, il manque cruellement de développement. On dirait presque que l’auteure s’est dépêchée de terminer cette histoire. C’est dommage, car il y avait du potentiel pour tourner le tout mieux que ça. Vous comprendrez donc que j’ai du mal à vous recommander cette lecture. Mais si des lecteurs aiment quand tout se passe très vite dans une histoire, ils apprécieront peut-être.


    votre commentaire
  • Le souffle des anges, tome 1

    Auteur : Lucille Rybacki

    Editeur: Something Else Edition

    Format: Numérique

    Pages: 598

    Date de sortie : 10 juillet 2017

     

     

    Résumé :

     

     

    Katerina mène une vie dissolue tandis que des faits étranges ne cessent de se produire autour d’elle. Elle pense devenir folle, quand trois créatures débarquent en ville pour la rencontrer… et la tuer. Qui aurait imaginé que des anges pouvaient se montrer si violents ?
    En tout cas, pas elle !
    Dès lors, la jeune femme doit faire face à des adversaires de plus en plus dangereux, comme ce vampire qui semble la connaître depuis des siècles... Quel lien existe-t-il entre elle et cet homme pour qu’il lui voue tant de haine ?
    Mais l’ennemi le plus redoutable, celui qui peut sans doute tous les anéantir, est peut-être caché en elle…

     

     

    Avis de Mirachou :

     

    Tout d’abord, je tiens à remercier Something Else Editions pour ce service presse, qui m’a permis de découvrir Lucille Rybacki et son univers. Son style est agréable à lire, sa plume est fluide, mais je ne suis pas totalement convaincue par son utilisation de la troisième personne. C’est un style d'écriture exceptionnel, mais que je trouve difficile à maîtriser. Pour ma part, ce fut le cas dans ce livre, malheureusement le point de vue du récit ne m’a que très peu permis de ressentir les émotions des personnages, de les comprendre, ce qui m’a empêchée de pleinement l’apprécier. 


    Notre héroïne Katerina est une lycéenne de dix-sept, un peu rebelle, car elle s’est toujours sentie à part, pas à sa place. Des hallucinations et une force surhumaine ont rendu son enfance difficile, ce qui a fait d’elle une jeune femme solitaire, avec une carapace émotionnelle aussi dure qu’un caillou. Quelques-unes de ses décisions m’ont rendu chèvre, mais cela colle bien avec le personnage un peu immature de dix-sept ans. J’ai cependant aimé son tempérament explosif, qui ajoute du punch à son personnage. 


    Pour Hayden, les moments de son point de vue nous montrent une vision très sombre de son personnage, surtout au début. Malgré cela, Lucille nous offre différentes facettes de sa personnalité et de son histoire qui m’ont permis de l’apprécier. Il reste un personnage mystérieux et sombre, mais bon c’est ce qu’on aime chez les vampires !!
    Par contre, je n’ai pas du tout accroché au personnage de Jared et l’attachement qu’éprouve Katerina pour lui m’a laissé perplexe.


    Je trouve l’histoire très originale, Lucille Rybacki a su créer son propre univers surnaturel, l’approche différente des vampires, des anges et autres créatures apporte une touche de fraîcheur dans un registre souvent utilisé. Même si j’ai eu le sentiment que l’histoire tardait à débuter, il m’a fallu attendre la moitié du livre pour vraiment m’y prendre. Je pense que la mise en place du contexte est importante dans un premier tome. L’auteure a su nous plonger dans son monde au fur et à mesure, tout en conservant de l’intrigue, du mystère. Les secrets qui tournent autour de Katerina se font languir et je n’ai pas compris pourquoi avant la fin. Je dois dire que l’approche de l’auteur de son intrigue m’a laissée quelque peu dubitative au début, mais avec le recul cela peut être intéressant de continuer le deuxième tome sur la même lancée. L’action commençant tardivement à la fin m’a donc passablement frustrée, mais elle est aussi parfaitement réussie, car on n’a qu’une envie, lire la suite !!! 


    Pour faire simple, ce n’est pas franchement un coup de coeur, mais c’est un livre agréable à lire. Je lirai avec plaisir le deuxième tome et je conseille tout de même de faire un petit tour vers les autres livres de l’auteur, car il pourrait y avoir de belles surprises. 
    Conseil que je vais être la première à suivre.


    1 commentaire
  • Bonjour Oriane et sois la bienvenue sur Lecture-Mania

    Merci à toi <3

    Interview d'Oriane

     

    * Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

    Ah ces quelques mots, toujours si difficiles à choisir ! Belgique, auteure, maman, chocolat, romance, correctrice !

    Plus sérieusement, j’ai 28 ans et j’écris des romans depuis que j’en ai 15. J’ai toujours aimé la langue française aussi bien orale qu’écrite, officielle que régionale. J’ai deux enfants que j’élève actuellement seule.

     

    * Quelles sont tes passions ?

    Hmm les furets me rendent gaga (oui vraiment, voix aiguë qui crie « oh qu’il est trop chouuuu » et tout), les initiatives citoyennes suscitent tout mon intérêt et sinon je suis du genre à m’intéresser beaucoup à tout, plus qu’à véritablement me fixer sur une passion à fond, en dehors de l’écriture/lecture.

     

    * Depuis quand écris-tu ?

    Des poèmes depuis que j’ai 9/10ans, des nouvelles vers 14 ans mais j’ai vite arrêté, des romans depuis que j’en ai 15. Et j’ai pratiqué le théâtre et le slam, ce qui m’a aidé à bien distingué les codes du langage oral de l’écrit. A part une année de pause, j’ai toujours écrit depuis lors. J’ai dû achever 22 romans en 13 ans.

     

    * Combien de temps consacres-tu à l’écriture ?

    Quand je suis sur du premier jet, c’est vraiment à chaque temps libre. Je peux avoir des agendas super chargés (#vismaviedemèrecélib ), je boucle mes romans en 3-4 mois environ. Alors je ne sais pas trop dire combien de temps. Quand les enfants sont couchés, quand j’attends dans une salle pour un rendez-vous administratif, quand je suis dans le bus…

     

    * Sur quel support écris-tu ? (ordinateur, cahier…)

    Les derniers j’ai écrit directement sur ordi, mais pour pouvoir les poster sur Wattpad en fait. Sinon, je suis plus efficace en écrivant sur papier que sur clavier, sur papier je finis mes récits 1 ou 2 mois, justement parce que ça s’embarque partout et ne nécessite rien d’énergétique. En plus, on peut annoter des souvenirs en haut de la page, savoir qu’on a écrit ça le jour de la naissance de sa fille, de son premier jour de job quelque part… c’est plus « humain » que le traitement de texte. :) Je pense que quand je vais m’atteler aux corrections des deux récits écrits sur ordinateur, je vais les imprimer. Une trace qui ne s’efface ni avec un virus ni une défaillance technique, c’est précieux.

     

    * D’où te vient l’inspiration ?

    J’aimerais le savoir. C’est justement parce que mon inspiration est forte, mon imagination énorme, que l’écriture m’a plu très jeune. Je trouvais ça si facile et riche ! Je voyais les autres trimer et je me suis dit qu’il y avait matière à creuser. Je me suis longuement entrainée à écrire sur tout, partout. Je faisais exprès de prendre un bus pour rejoindre un marché, un parc, un quartier, afin d’écrire dans des conditions diverses. J’interrogeais des gens près de moi afin qu’ils m’imposent le thème de mon prochain écrit. Je créais des champs sémantiques personnels en partant de dictionnaire classique (avant de découvrir le dictionnaire analogique, mon PREEECIEUUUUX) J’aurais bien aimé suivre des ateliers d’écriture dans ma région, mais ils étaient quasiment tous limités aux 18 ans et plus ! Ca m’a toujours choqué et me choque encore maintenant : il faut être majeur pour écrire ? Ces gens-là ne connaissent pas Wattpad ! XD

    Bref, j’ai appris à maîtrisé mes flux d’inspiration, en quelques sortes. Pratiquer, pratiquer encore, varier, tenter, pour qu’au final les sujets, l’espace, l’objet ou l’humeur, ne soit plus un trop gros obstacle.

     

    * Écoutes-tu de la musique en écrivant ?

    Parfois. Ca dépend plus de l’oeuvre. J’ai plutôt tendance à le faire quand c’est un univers alternatif. Par contre, j’aime beaucoup placer des moments de danse ou de références musicales dans mes récits. Tu l’auras constaté dans Souvenirs d’une rose, d’ailleurs ! Je me suis carrément arrangée avec la fondation Brel pour avoir le droit de placer des paroles dedans.

     

    * Mets-tu un peu de toi dans tes personnages ?

    Cette question est un peu comme « Y a-t-il du sel dans ta cuisine ? » ou « Tu fais du camping : aimes-tu la nature ? » : une évidence, mais pas nécessairement un but !

    Interview d'Oriane

     

    * Souvenirs d’une rose m’a permis de découvrir une plume étonnante, as-tu mis beaucoup de temps à écrire cette histoire ?

    Oh oui ! C’est celui qui m’a demandé le plus de travail ! Déjà, parce que je l’ai écrit à 20ans, mon premier après une longue série de roman évoluant dans un même univers, le virage était important et ma plume se cherchait encore, plus que maintenant. J’ai donc corrigé, reçu des critiques, re-corrigé… ça a pris 7 ans. J’ai envoyé une première fois à des éditeurs, ils m’ont refusée. Alors j’ai  de nouveau corrigé, en épurant un peu. Et là quand j’ai renvoyé le récit, j’ai reçu un « oui ! » enthousiaste qui s‘étonnait des refus précédents. Même si j’ai du quitter la ME depuis peu, j’entame des négociations avec un autre éditeur qui est intéressé par sa réédition. Peu de gens ont osé franchir le pas, mais ceux qui l’ont lu en sont sortis agréablement surpris. Sur Amazon, je n’ai eu que des 4 ou 5 étoiles sur 5, en commentaires ! Et des pamphlets ravis, pas juste « J’ai beaucoup aimé. » Je les ai tous gardés en souvenirs, c’est tellement beau de lire ça quand on n’a pas la force de diffusion d’une personne qui a des copains journalistes, un groupe FB qu’elle administre avec des milliers de membres ou 1millions de likes sur Wattpad.

     

    * D’où t’est venue l’idée de ce roman ?

    C’est parti d’un rêve, tout le chapitre 1 est mon rêve de départ. Même les quelques mots échangés sont vrais, au pire j’en ai ajoutés pour les besoins du récit, mais jamais retirés. C’était mon défi à la base du projet. Rendre cohérent ce qui ne l’était pas, donner du sens aux détails observés. J’adore !

     

    * Savais-tu comment finirait l’histoire ou as-tu dû faire quelques aménagements en cours de route ?

    Oh non, je ne sais jamais vraiment. J’ai une vague idée des instants-clés, puis mes personnages font le reste. Parfois, ils bifurquent complètement aussi. Puis je peux ajouter des scènes suite à des remarques. Par exemple, le chapitre « Quand l’eau vagabonde », c’est parce qu’on voyait peu Denis comme il est hors du manoir, du coup les bêtalecteurs ne comprenaient pas la limite entre le rôle qu’il tient auprès de ses patrons et sa véritable manière d’être. Je l’ai donc ajouté, ou du moins, grandement modifié.

     

    * Tu écris aussi sur Wattpad, espères-tu voir tes histoires dans une maison d’édition un jour ?

    Oui oui ! Et je joins mes lecteurs Wattpad à l’aventure en mettant à jour les réponses à mes envois, mes recherches de ME. Je l’indique dans un dernier chapitre, du coup qui lisent tout le roman (on peut présumer qu’ils ont bien apprécié l’histoire) voient où en sont mes démarches pour le faire publier.

     

    * Ces histoires sont légèrement différentes de Souvenirs d’une rose, sont-elles plus faciles à écrire ou bien au contraire ?

    Plus faciles dans le sens de moins devoir travailler ses phrases, oui. Mais du coup, elles ont moins de cachet du côté de la forme, alors je dois veiller à ce que le fond ne ressemble pas aux sempiternels clichés du genre, ce qui est autre chose. On a déjà lu beaucoup de schémas en surdose dans les romances contemporaines et je dois veiller à ne pas les ressasser. Ou alors, volontairement et avec humour, comme dans « Je DETESTE les riches ! ».

    Quant à ma SF Romance, je la savais très loin des clichés déjà dès le rêve de départ (oui, elle aussi !), mais son univers est très riche, complexe, je l’ai pensé de A à Z et je dois veiller à sa cohérence, c’est un autre travail de fond. Sans compter qu’il y a plusieurs fils rouges à suivre dedans et que c’est une trilogie, ça demande un travail d’harmonie entre les tomes également.

    Quand je disais que j’aimais varier !!!

     

    * As-tu d’autres projets ?

    Oui, j’ai ma duologie dark et rétrofuturiste, avec un personnage qui tombe dans une folie à force d’être confronté à l’horrible, alors qu’il veut juste à la base sauver sa copine et retourner au village. Je dois la réécrire, c’était mon premier roman au présent et un de mes premiers univers alternatifs développés sans magie, mais du coup, je dois le peaufiner.

    J’ai aussi un rêve qui m’inspirait un récit fantastique, voire du réalisme magique, durant l’époque des colonies de l’Empire Ibérique, sur une île de l’Océan Indien, avec une héroïne catholique pratiquante. Ca va me demander tellement de recherches que je n’ose m’y atteler pour le moment mdr, même si j’ai une idée du scénario et que j’en ai rédigé les premiers chapitres, en lien avec les séquences de mon rêve.

    Actuellement, j’écris une  New Romance, « Pour toujours ou jamais », avec des personnages qui m’en font voir de toutes les couleurs. Je pensais ne pas trouver plus farfelue et sauvage que Chloé Dumont (Je DETESTE les riches !) sous ma plume, mais je me suis trompée, Sandra Mullens est dix fois pire !!! Elle me rend dingue ! Et Victor Klein est très différent de Mathieu Lambert, mais il ne vaut pas mieux haha.

     

    * Entre toutes tes histoires, quel personnage préfères-tu ? Celui que tu aimes le moins ?

    Comme personnage, j’aime beaucoup Mathieu, dans « Je DETESTE les riches ! ». Il est droit et simple, vif d’esprit et posé, c’est une crème et un véritable piquet si tu essayes de le faire flancher sur ce qui lui tient à coeur, ses défauts en deviennent presque mignons (maladroit, un peu lâche, vite enamouré, un peu feignasse et mou du biceps).

    En terme de couple, Corène et Gareth, de ma trilogie SF « Du sang aux sols » (tome 1, « De terre et de racines », présent sur Wattpad), reste mon préféré. Ils sont fusionnels, nom de nom, je n’ai jamais vu ça ! Je les ai écrits sans savoir s’ils seraient juste amis ou amoureux au final et ils sont devenus bien plus ! L’autre est leur véritable bouteille d’oxygène, de plus en plus intensément au fil du temps qu’ils passent ensemble, ils se transpercent sans mot et s’apprivoisent sans manigance, c’est un amour pur et délicat qui naît entre eux.

     

    Je vais maintenant m’adresser à la lectrice qui est en toi

    * Quels sont tes genres préférés en matière de lecture ?

    Je ne crois pas en avoir de préférés. Je sais juste quels sont les genres que j’apprécie le moins, après avoir plusieurs fois essayer d’en lire sans parvenir à finir, par ennui, ce sont les policiers et thrillers.

     

    * Quels sont tes auteurs préférés ?

    George Sand, Alain Damasio, Boris Vian, Richard Bach, Louis Sachar, JK Rowling… J’en apprécie d’autres de plus récemment lus mais je ne peux pas dire ainsi que ce sont mes préférés. Je le dirai dans dix ans, quand leurs œuvres me seront encore fraîches en tête avec leurs ressentis attachés, tandis que les autres seront devenus des ombres vagues.

     

    * Quels sont tes romans préférés ?

    Certains m’ont marquée, comme « L’enfant des ombres », « Jonathan Livingston, le Goéland », « Indiana », « L’écume des jours », « Le passage ».

     

    * Quel est ton dernier coup de cœur ? Ta dernière déception ?

    Je l’ai connu bien avant sa publication officielle, mais comme elle est récente, considérons que c’est mon « dernier » coup de coeur actuel : Ames Captives de GH David. La preuve, j’ai eu envie de bosser quelques jours sur un trailer afin de faire ressentir aux non-initiés toute la valeur de ce livre. Mélange de genres mais point de clichés, plume travaillée et accessible à la fois, personnages profonds, même les secondaires, scènes fortes, scénario complexe bien mené, thématiques qui font réfléchir, voyager aussi, que demander de plus ? ;)

    Déception ? Oh la dernière date d’il y a longtemps, je pense.

     

    *As-tu déjà imaginé changé la fin d’un livre qui t’avait déplu ?

    Oui, sûrement. Mais je ne sais plus. Quasiment tous les livres de NR j’ai envie de rendre les gonzesses moins bling bling gloss et plus franchouillardes, par contre. 

    Interview d'Oriane

     

    Ton portrait chinois en dix questions :

    Ohhh coool ! En plus ça m’entrainera pour celui des Mots dits buveurs d’encre, normalement SDR y passait suite à un concours pour les auteurs organisés là-bas, mais doit y avoir une liste d’attente parce que le boulot de Del Lul est fabuleux !!!

     

    Si tu étais :

    Un animal : une furette <3 (Vous me demanderez encore pourquoi ? Haha ! )

    Une couleur : Lilas

    Un film : Paprika (bon c’est un film d’ANIMATION, ça compte ? )

    Une ville : Bruges <3 Merveilleuse Venise du Nord

    Une actrice : hmm… Catherine Frot. Quoique, y a aussi Charlotte Gainsbourg, j’hésite.

    Un de tes personnages : Corène. Douceur, altruisme, courage et dignité à tout épreuve. Même si la plus proche de ce que je suis, ce doit être Chloé Dumont.

    Une saison : L’automne. La beauté mélancolique qui garde des couleurs vives contre le froid.

    Un livre : Boucs Emissaires, de Broke Cole. Ca m’a beaucoup parlé.

    Un fruit/un légume : PASTEEEQUE ! (si vous y touchez, ma-lheur-à-VOUS!)

    Un juron : Nom de djû ! (le wallon est un dialecte très inspirant en matière d’insultes/injures !)

     

    Un dernier mot pour tes lecteurs ?

    Je ne compte pas vous laisser longtemps démunis, croyez-moi, y a du contrat d’édition qui se prépare et ça va être trooop bieeen !!! Alors suivez-moi au fil des mois et vous verrez !

    En attendant… tâchez d’être heureux, comme dirait la Rose.

     

    Sa page Facebook : Ici

    Sa page Wattpad : Ici


    votre commentaire
  • Les Mackintosh tome 2 : Un amour à travers le temps

    Auteur : Julie DAUGE

    Edition : Sidh Press

    Format : epub

    Date de sortie : 5 Octobre 2016

    Nombre de pages : 408

     

    Résumé :

    Comment surmonter le deuil de deux êtres chers ? Pour Elise, c’est en allant en Ecosse pour suivre les traces de sa meilleure amie disparue il y a deux ans. Elle est alors loin de se douter que ce voyage ira au-delà de ses espérances et lui permettra de retrouver Laetitia, et pas que...

    Quand Graig émet ce vœu fou de trouver son âme-sœur, il ne croit pas à sa chance en voyant apparaître Elise dans sa vie. Mais, quand il apprend qu’il ressemble trait pour trait à son défunt fiancé, il n’est plus si sûr de lui. Saura-t-il amener Elise à confier son cœur à nouveau ? Et surtout, saura-t-il se faire aimer pour lui-même et non pour une copie de son amour perdu ?

     

    L'avis de Fifille :

    Merci aux Editions Sidh Press de m’avoir permis de continuer les aventures des Mackintosh. Cette fois-ci nous suivons le petit frère de Darren, Graig et la meilleure amie de Laetitia, Elise.

    Que puis-je dire si ce n’est que j’ai vraiment aimé ce tome bien plus que le premier. Elise a subi deux pertes importantes dans sa vie, sa meilleure amie qu’elle croit morte (c’est si évident qu’elle a trouvé l’amour à une autre époque et ne peut plus revenir, pas pour vous ?) et une autre personne chère à son cœur. Quant à Graig, il ressent le besoin que tout homme ressent à un point de sa vie (enfin certains ^^) : l’envie de rencontrer la bonne personne et d’être heureux. Au point où un simple vœu réunira deux amies, mais bouleversa la vie de son âme sœur. 

    Pour un homme, séduire, conquérir l’élue de son cœur n’est pas une mince affaire, mais quand en plus la fille en question est en deuil et pleure à chaque instant qu’elle vous voit. Je ne veux pas être méchante, mais c’est partir en guerre tout seul face à une armée de mille hommes. L’auteur a beaucoup mis en avant le deuil d’Elise, les difficultés qu’il y’a à s'en relever. Néanmoins, le caractère de celle-ci n’a pas été oublié, parfois je trouvais qu’elle ressemblait à celui de sa meilleure amie (c’est pour cela qu’elles le sont). J’ai beaucoup aimé les voir briser les murs entre eux, leurs dialogues du style « je t’aime, mais… » c’était assez énervant quelques fois lool. Il y’a une scène que je ne souhaite à personne vraiment à personne, elle est marrante quand ça ne nous concerne pas, mais quand ça l'est, OH, MON DIEU ! Toutefois, Graig a su se montrer persévérant et compréhensif…

    Ce livre est super drôle, la romance est présente et magnifique. Le seul bémol c’est que je m’attendais cette fois-ci à un voyage dans l’autre sens que celui du précédent ça aurait été sympa. Mon vœu risque de ne pas se réaliser vu la petite ouverture laissée par l’auteur.

    4/5


    votre commentaire
  • Nos chemins de travers

    Auteur : Georgia Caldera

    Editeur : J’ai lu

    Format : numérique

    510 pages

    Sortie : 7 juin 2017

     

    Résumé :

    "Je m'étais juré que, s'il ne devait y en avoir qu'une parmi toutes les autres, ce serait elle. Et cependant, ce jour-là...". Depuis des années, Louis et Emma se côtoient sans vraiment se connaître. Au lycée, au centre équestre, et même à la fac, il est ce garçon populaire, star des concours et de sa promo, pour qui toutes les filles craquent en dépit de son arrogance. Timide et réservée, Emma, elle, n'a qu'un objectif : passer inaperçue. Leurs rapports se résument donc à une ignorance cordiale jusqu'au jour où Louis décide d'humilier publiquement la jeune femme. Mais un tragique accident va remettre les compteurs à zéro. Après avoir mordu la poussière, Louis se heurte à une solitude cruelle et inattendue, qui lui montre la réalité sous un tout autre jour. Emma sera-t-elle prête, elle aussi, à reconsidérer son jugement pour l'aider à se relever ?

     

    Avis de Mely :

    Nos chemins de travers est un pavé de plus de 500 pages que j’ai lu en deux jours. Je pense que ça démontre combien j’ai adoré cette histoire.

    Emma et Louis sont deux personnages bien différents, deux aimants qui se repoussent. Emma est discrète, réservée, se cache derrière des vêtements trop grands, encaisse les critiques sans broncher. Ce qui attire l’attention de Louis, mais pour lui, elle est hors d’atteinte.

    Louis est on exact contraire : arrogant, mesquin, adore coucher avec tout ce qui a une paire de seins et se fout un peu des conséquences de ses actes, comme lors de cette nuit-là où tout va bousculer.

    C’est là que tout va commencer pour nos deux héros avec l’implication de la tante que je n’ai pas vraiment aimée, mais je pense que c’est fait exprès. L’histoire va prendre du temps pour se mettre en place, et c’est ce que j’ai aimé, car on ne peut pas passer du coq à l’âne en un claquement de doigts. C’est ce que j’ai vraiment apprécié ici : les personnages vont passer des jours, voire des semaines, à faire briser les défenses des autres. Ils vont devoir s’apprivoiser, apprendre à se connaître, se faire pardonner, s’expliquer… C’est peut-être long, mais c’est passé tellement vite.

    Franchement, j’ai tout adoré dans cette romance, le côté désagréable de Louis tout au début, sa transformation, le personnage d’Emma auquel j’ai pu facilement m’identifier pour avoir vécu un peu la même chose au collège et au lycée. Et la plume fluide de l’auteur m’a grandement aidée à engloutir ce pavé.

    Par contre, je suis frustrée. Oui, frustrée ! Pourquoi ? Eh bien, lisez la fin et vous comprendrez pourquoi…


    votre commentaire