• Prête-moi ton homme - Emily Giffin

    Prête-moi ton homme

     

    Emily Giffin

    Éditions France Loisirs

    447 Pages

     

    Prête-moi ton homme - Emily Giffin

     

     

     Résumé :

     

    « Trente ans. Voilà, il était arrivé, ce fameux anniversaire. Pas vraiment comme je l'avais rêvé gamine. Où était le mari séduisant et amoureux ? Les enfants adorables ? La reconnaissance professionnelle ? J'étais célibataire, j'avais un boulot assommant, et je ne voyais absolument rien de folichon se profiler à l'horizon. Ce soir-là, j'ai un peu forcé sur la tequila... et j'ai couché avec le fiancé de ma meilleure amie qui se marie en septembre. Crime odieux, monstrueux, impardonnable. Surtout pour moi, la sainte nitouche qui, d'ordinaire, ne dévie jamais du droit chemin. Ce souvenir honteux, il fallait à tout prix le refouler. Cela ne signifiait rien. Nous avions trop bu, nous ne savions pas ce que nous faisions. D'ailleurs, la page est déjà tournée... Alors, pourquoi avons-nous recommencé ? »

     

     

     

     

    L’avis de Manue :

     

    Et voilà ma première chronique concernant un genre que j’affectionne tout particulièrement. Hé oui, je suis une fille qui aime le vernis, le maquillage, les fringues, les shoes Jimmy Cho (quoi ? vous ne connaissez pas ? Même si je n’ai pas les moyens de m’en acheter, et que surtout comble de l’ironie je suis incapable de marcher avec des talons de cinq centimètres de haut sans avoir l’air d’un canard à part si c’est des compensés, mais chuuuutttt ! Donc j’aime me plonger dans ce genre de lecture détente un peu légère, mais pas tant que ça ! À y regarder de plus près, ces livres parlent des vraies préoccupations des femmes, de celles qui nous obnubilent, des petites choses qu’on garde en nous et qu’on n’ose pas avouer. Si j’ai sauté sur ce roman, c’est parce que j’ai d’abord vu le film « Something Borrowed » ou « Duo à trois » en français, en référence au même ouvrage édité sous ce titre également par les Éditions Michel Lafon. Moi, je me le suis procuré dans la collection Piment des Éditions France loisirs. Ayant vu le film et adoré, il se classe lui aussi dans mon top 10 des films romantiques préférés donc il fallait que je lise le roman. Et je dois dire que l’adaptation cinématographique est plus que fidèle à l’ouvrage et les acteurs aux personnages. Ginnifer Godwin incarne à la perfection Rachel et Kate Hudson dans le rôle de la meilleure amie peste fait plus que l’affaire. Je ne sais pas, mais elle a bien la tête de la bonne femme qu’on aimerait tirer par les cheveux…

    Alors, "Prête-moi ton homme" démarre sur les chapeaux de roue. Tout commence par la fête d’anniversaire de Rachel, avocate, qui se prend ses trente balais en pleine figure. Quand on passe le cap d’une décennie vient l’heure du bilan et celui de la trentaine peut-être particulièrement traumatisant pour une femme surtout quand notre vie à pris des allures de Bridget Jones. Rien de ce qu’elle avait planifié ne s’est réalisé. Pire, elle a en face d’elle la caricature de la réussite et du bonheur en la personne de Darcy, sa supposée meilleure amie qui a réussi à se faire passer la bague au doigt par Dexter, sexy en diable, beau à se damner, et qui va se marier prochainement. Darcy laisse éclater sa joie, tout ça au nez et à la barbe de sa meilleure amie. Pas très cool comme attitude ! Certaine ne connaissent définitivement pas la solidarité féminine !

    Petit aparté. Encore une fois, je ne sais pas pourquoi, vous noterez que le beau mec s’appelle Dexter et je suis étonnée du nombre de Dexter qu’on dénombre dans la littérature anglophone. C’est un prénom qui inspire à croire qu’apparemment Dexter dans l’imaginaire des auteurs anglais, c’est le prénom idéal du type un peu paumé, sexy, qui a toujours du mal à prendre sa vie en main et à faire des choix.

    Bon revenons-en a nos moutons. Rachel assiste à sa fête d’anniversaire organisée par Darcy (je crois que son prénom fait référence au Darcy de « Orgueil et préjugés » car l’héroïne est bouffie d’orgueil et d’auto complaisance… bref vraiment antipathique celle-là et ça ne nous échappe pas dès le début parce qu’elle prend un malin plaisir à ridiculiser et rabaisser Rachel. Une vraie chipie.) Darcy, c’est en quelque sorte l’amie poison, la meilleure amie nocive. Celle sur laquelle bizarrement on ne se résout pas à faire une croix alors que notre seul lien d’amitié ne se résout plus qu’à une compétition orchestrée par cette dernière dans le seul but de vous faire ressentir votre nullité. Le genre de personnalité narcissique avec un manque de confiance en soi énorme, qui de manière perverse se rassure en prenant l’ascendant sur les autres et prend plaisir à les dénigrer. Je connais bien le sujet ^^ Oui, mais le problème, c’est qu’avec ce genre de personnalité perverse on a du mal à couper les ponts parce qu’on se souvient du bon vieux temps, étant enfant où on pouvait compter sur l’autre et on veut croire qu’il en est toujours ainsi alors que constamment la seule chose à laquelle on rêve, c’est prendre une batte de baseball et l’assommer une bonne fois pour toute cette grognasse. Darcy pompe l’air de Rachel, un point c’est tout. Elle tire la couverture sur elle à la moindre occasion et devient même l’égérie de sa fête d’anniversaire à son grand désarroi. Oui, mais voilà que Rachel pompette laisse au placard la bienséance et couche avec Dexter le fiancé de Darcy. Le réveil est rude.

    Ce qu’on ne sait pas, c’est que Dexter et Rachel étaient amis bien avant que Darcy ne pointe le bout de son nez et ne prenne plaisir à le lui voler. Dexter était sous le charme de Rachel. Or, celle-ci petite fleur timide et délicate a raté le coche, croyant que Dex se déclarerait de lui-même sans encouragement. Naïve ? Comme beaucoup de femmes je suppose. Envoyant des messages contraires et le laissant bêtement entre les griffes acérées de Darcy, Dex pense que Rachel n’est pas intéressée et comme tout homme dénué d’intuition se laisse avoir par la blonde plantureuse, bécasse et terriblement énervante. La brune, elle s’en remet doucement et continue sa vie comme si de rien était. Alors vous imaginez bien que cette nuit va tout changer entre eux.

    D’abord, bien décidés à taire ce qui s’est passé entre eux et reportant la faute sur l’alcool (ben voyons, c’est bien connu que l’alcool fait faire n’importe quoi), ils vont tenter d’oublier. Sauf que rien ne va leur faciliter la tâche. Un week-end entre amis dans les Hamptons va rendre la situation particulièrement compliquée entre eux surtout avec les vocalises de Darcy qui aime faire partager le coït à toute la maisonnée. Et c’est une panoplie de situations assez cocasses qui vont avoir lieues. Sans parler d'Ethan, le meilleur ami de Rachel qui n’est pas homme à mâcher ses mots et va leur donner lui aussi du fil à retordre. En plus, il ne porte pas Darcy dans son cœur, pour notre plus grand bonheur !

    Dexter et Rachel sont follement épris l’un de l’autre. Rachel s’en veut, elle a l’impression de trahir sa meilleure amie. Mais l’inévitable se reproduit. Décidant de se donner une chance, ils passent la journée de la fête nationale ensemble, et finissent encore une fois au lit. Rachel a enfin espoir que les choses s’éclaircissent, mais Dexter recule sous la pression familiale. Elle quitte alors le pays un temps pour rejoindre Ethan, son meilleur ami parti vivre à Londres afin de faire le point. Le mariage de Dex et Darcy lui approche à grands pas. Il n’en faut pas plus pour lui faire ouvrir enfin les yeux à notre grand gaillard. Dex ne supporte pas l’éloignement. Il est temps qu’il prenne son courage à deux mains...

    C’est drôle, frais, émouvant, parfois prenant même. Certaines scènes m’ont bouleversée. Rachel est une petite chose fragile. On assiste a quelque scènes de leur passé, leur rencontre sur les bancs de la fac, tant de choses qui font que Dexter et Rachel sont faits l’un pour l’autre. Comparé au film dans le roman Ethan a un rôle très important. Darcy quant à elle est une sacrée garce, soyons clair. Le clash est inévitable ! On l’attend la baston de pied ferme, le crêpage de chignon, qu’elle lui fasse bouffée sa tignasse blonde et ravalée son égo de poupée Barbie… Bon, j’avoue, j’en ai déjà rêvé…ah ça fait un bien fou d’exorciser ses pulsions passées ! Donc pas de bagarre, mais quelques mots bien choisis volent. Vas-y Rachel ! Ne te laisse plus faire, tu n’es plus son souffre-douleur et son larbin ! En gros, on a plaisir à voir la situation évoluée, les rôles se renverser et notre héroïne prendre conscience qu’elle n’est plus un pion sur l’échiquier de Darcy ! La révolte gronde et avec elle notre plaisir littéraire s’accroit ! Il y a une Rachel en chacun de nous qui manque de confiance en elle et rêve d'en boucher un coin à toutes les tornades blondes, brunes, rousses, qu’importe, à toutes celles qui nous atteignent dans notre féminité par leur attitudes stupides. Les dictats des enfants, de la minceur, du fiancé parfait, du boulot de rêve, tous ses sujets susceptibles à compétition pour les plus écervelées. Aucun de ses indicateurs n’est le signe d’une vie réussie… et heureusement !

    Bilan ? Une chick-lit excellente. Emily Giffin a une plume prenante et captivante. On se laisse facilement embarquée dans cette histoire parce que honnêtement les filles, qui…qui n’a jamais bavé en secret sur le petit-ami de sa meilleure amie ? Alors la leçon là-dedans, c’est qu’il ne faut pas avoir peur de faire face à ses sentiments, d’être blessée, de se laisser aller parce que c’est tellement bon et beau d’être amoureux, de tomber et de se relever. De toute manière l’amour, c’est comme un accident de voiture : quoi qu’il arrive on n’en ressort jamais indemne. Alors autant foncer à toute vitesse dans le tas…

    Bon c’est tout pour aujourd’hui les manias. Je vous souhaite un excellent week-end !

     Xoxo.

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :